A- A A+
La mutuelle du personnel du groupe Société Générale
Retour Quelles boissons pour les malades cardiaques ?
Mutuelle SG > Conseil > Quelles boissons pour les malades cardiaques ?

Quelles boissons pour les malades cardiaques ?


13 Mars 2020
Cafés, alcools, sodas... toutes ces boissons modifient notre activité cardiaque. Il faut donc prêter attention à sa consommation pour protéger sa santé.

Certaines boissons ont un impact significatif sur les maladies cardiovasculaires. Il faut donc surveiller sa consommation pour vivre mieux et plus longtemps.

L'alcool n'est pas bon pour la santé

L'alcool a un effet délétère sur la cellule myocardique : il altère la contraction donc la fonction pompe du cœur. Consommé en excès, il peut être la cause de l'insuffisance cardiaque, entraînant une cardiomyopathie dilatée avec diminution de la contraction de l'ensemble des parois du myocarde et dilatation du ventricule gauche.

Les études épidémiologiques, dites d'observation, ont montré que la relation entre la consommation d'alcool et les maladies cardiovasculaires était complexe. En prévention primaire, cette relation a une courbe en forme de U c'est à dire qu'une consommation journalière faible d'alcool (au maximum 2 verres chez l'homme et un chez la femme) est associée à un risque plus faible de maladies cardiovasculaires que l'abstinence complète, et la consommation excessive est associée à un sur-risque de maladie cardiovasculaire. Il faut aussi rappeler que la consommation journalière même faible d'alcool est associée à une augmentation du risque de cancer (surtout digestif) et à une augmentation de la mortalité globale.

Quant au "binge drinking" qui consiste à s'alcooliser brutalement (au moins cinq unités d'alcool d'un coup), il est associé à des crises hypertensives pouvant être à l'origine d'un accident coronaire. L'excès de consommation journalière d'alcool entraîne une hypertension artérielle permanente.

Le café : pas plus de trois tasses par jour

On sait que la caféine augmente de façon transitoire les palpitations, les extrasystoles et la pression artérielle. Cet effet dépend de la susceptibilité individuelle, d'ordre génétique (métaboliseur lent ou rapide), et de la façon de consommer le café : à l’occasion en quantités supérieures à 3 tasses, ou de façon plus habituelle.

Les études épidémiologiques, dites d'observation, montrent, comme pour l'alcool, une relation en forme de U, avec une consommation modérée (de l'ordre de trois tasses par jour) qui aurait même des effets favorables sur le plan cardiovasculaire.

Pour le café "décaféiné", les données scientifiques sont moins importantes et en tous cas elles ne montrent pas d'effet délétère spécifique. Quant aux thés noirs ou verts, auxquels on attribue de possibles effets favorables sur la santé, en particulier sur le plan cardiovasculaire, les données scientifiques manquent. 

Sodas et boissons sucrées : elles sont délétères

Les données scientifiques sont claires : ce type de boissons est associé au surpoids, au diabète et à l'incidence accrue de maladies cardiovasculaires.

Quant aux boissons "light", elles sont controversées. L’étude française E3N, réalisée chez les femmes, a montré qu’une forte consommation de ce type de boissons augmentait le risque de diabète (risque équivalent, voire supérieur, aux boissons sucrées) par rapport à une consommation de jus de fruits "pressés".
 
Les boissons "light" maintiennent une appétence particulière pour le goût sucré, leur consommation n'est pas recommandée tant chez le cardiaque, l'insuffisant cardiaque que chez l'hypertendu.
 
Source : Mutweb

Voir tous les conseils
Fermer le menu